Publications

En 1997, la Fondation Carlo Leone Montandon a organisé et financé une expédition au Monastère de Narga Sellasié sur l’île de Dek au milieu du Lac Tana, non loin de la ville impériale de Gondar et au centre du majestueux haut plateau éthiopien.
Fondé en 1748, Narga Sellasié n’est que l’un des nombreux monastères que l’on trouve sur le lac. La beauté exemplaire du cadre naturel et l’espace concentrique délimité par le complexe monastique qui entoure la précieuse sacralité du maqdas (Sancta Sanctorum), , le Saint des Saints des églises éthiopiennes) font de Narga Sellasié un lieu particulièrement suggestif. L’église est l’un des chefs-d’œuvre les plus intéressants de la civilisation bimillénaire de l’Ethiopie, non seulement à cause de la qualité extraordinaire des peintures qui recouvrent entièrement les murs et le plafond du maqdas,, mais aussi parce que c’est un témoignage très important du niveau élevé d’évolution religieuse et politique atteint dans cette région de l’Afrique. Le monastère de Narga Sellasié témoigne, enfin, de l’extrême vitalité de cette région au XVIIIe siècle, lorsque les influences européennes, islamiques et indiennes s’unirent dans une expression artistique qui reste pourtant fondamentalement éthiopienne.
Ce projet a réalisé sous la direction de l’architecte Mario Di Salvo et il a bénéficié de la précieuse collaboration scientifique de deux éminents spécialistes de l’Ethiopie, Osvaldo Raineri et Stanislaw Chojnacki. Ce projet a également bénéficié de l’assistance technique de professeurs du Polytechnique de Milan ainsi que de l’agence photographique Aleph de Côme.
Comme résultat de l’expédition à la fin de l’an 1999, un volume monographique a été publié en langue italienne et en langue anglaise : “Chiese d’Etiopia. Il Monastero di Narga Sellase”.
Fondé en 1748, Narga Sellasié n’est que l’un des nombreux monastères que l’on trouve sur le lac. La beauté exemplaire du cadre naturel et l’espace concentrique délimité par le complexe monastique qui entoure la précieuse sacralité du maqdas (Sancta Sanctorum, le Saint des Saints des églises éthiopiennes) font de Narga Sellasié un lieu particulièrement suggestif. L’église est l’un des chefs-d’œuvre les plus intéressants de la civilisation bimillénaire de l’Ethiopie, non seulement à cause de la qualité extraordinaire des peintures qui recouvrent entièrement les murs et le plafond du maqdas, mais aussi parce que c’est un témoignage très important du niveau élevé d’évolution religieuse et politique atteint dans cette région de l’Afrique. Le monastère de Narga Sellasié témoigne, enfin, de l’extrême vitalité de cette région au XVIIIe siècle, lorsque les influences européennes, islamiques et indiennes s’unirent dans une expression artistique qui reste pourtant fondamentalement éthiopienne.
Ce projet a réalisé sous la direction de l’architecte Mario Di Salvo et il a bénéficié de la précieuse collaboration scientifique de deux éminents spécialistes de l’Ethiopie, Osvaldo Raineri et Stanislaw Chojnacki. Ce projet a également bénéficié de l’assistance technique de professeurs du Polytechnique de Milan ainsi que de l’agence photographique Aleph de Côme.
Comme résultat de l’expédition à la fin de l’an 1999, un volume monographique a été publié en langue italienne et en langue anglaise : “Eglise d’Ethiopie. Le Monastère de Narga Sellase”. L’œuvre constitue une nouveauté au tout premier plan dans le panorama mondial sur un monument caché au cœur de l’Afrique qui mérite, par intérêt historique, religieux et artistique, d’être présenté à l’attention des spécialistes et des passionnés, avant que l’insouciance et la dégradation provoquées par le temps et les conditions ambiantes le compromettent définitivement.
Mario Di Salvo situe la région du Lac Tana dans l’évolution historique de l’Ethiopie, décrit l’architecture des églises éthiopiennes et l’extrême variété de leurs formes pour finir par illustrer le complexe monastique de Narga Sellasié dont il donne la planimétrie ainsi que les composantes architecturales, décoratives et picturales.
Le Professeur Stanislaw Chojnacki donne les références historiques et environnementales qui ont caractérisé la cour impériale éthiopienne de Gondar au XVIIIe siècle et leur influence dans le domaine artistique.
Osvaldo Raineri présente de manière systématique les sources des représentations picturales, qui dérivent aussi bien des livres canoniques que de la tradition éthiopienne, ainsi que la nouvelle traduction d’un manuscrit du XVIIIe siècle en ge‘êz (la langue classique éthiopienne) sur l’Histoire de Narga Sellasié.

ISBN 88-8118-611-X
Version anglaise: ISBN 88-8118-529-6