Contributions

La désertification de vastes territoires de la Planète est en train de devenir l’un des problèmes majeurs du XXIe siècle. Ce phénomène, qui est dû aux variations climatiques et aux activités humaines, concerne déjà maintenant trente pour cent de la superficie du globe.
Dans le cadre d’une réflexion systématique, Laureano associe une protection efficace de la “ressource eau” à une série de modèles d’organisation de développement local. La validité des techniques traditionnelles grâce auxquelles l’homme a su s’adapter à des environnements hostiles est analysée sur la base d’une solide approche scientifique.
En 2003, la Fondation Carlo Leone et Mariena Montandon en a financé la traduction en anglais dans l’optique de divulguer à l’étranger une œuvre aussi potentiellement intéressante pour de nombreuses régions de la planète,

Extrait de la Présentation:
“Ce livre intitulé ‘Atlante d’acqua’ (Atlas de l’eau) se lit comme un roman, le roman de la sagesse, de la constance, de l’entêtement et du travail dont l’homme a toujours fait preuve à l’égard de la terre pour en tirer sa subsistance. Il suffit de penser à la collecte et à la conservation de l’eau.
Partout dans le monde, des systèmes traditionnels perfectionnés par l’expérience au prix d’un travail énorme qui réduisait au minimum l’impact sur l’environnement ont assuré l’approvisionnement en eau aussi bien sous les climats chauds et tempérés que dans les pays froids.
Ce livre est un “Manuel” qui devrait devenir le livre de chevet de tous ceux qui sont responsables du maintien et de l’amélioration de la qualité de la vie de l’humanité. Ils devraient tous signer dès que possible des accords, trouver des compromis et mettre en place de nouvelles stratégies ou en reprendre d’anciennes en commençant, justement, par l’eau. En effet, s’il est vrai que l’eau est la “source de vie”, il est malheureusement tout aussi vrai que l’eau est en train de devenir l’un des problèmes majeurs si ce n’est le principal – de ceux qui affligent notre monde.
Souvent les paysans, qui sont le “sel de la terre”, ont tout simplement oublié les méthodes utilisées par leurs aïeux, parce qu’ils ont été aveuglés par la philosophie du “tout et tout de suite” que, il faut bien le reconnaître, l’homme a répandue autour de lui.
Ce livre rappelle qu’il n’y a peut-être pas grand-chose de nouveau à inventer: il suffirait de se tourner vers le passé et de reprendre les chemins qui ont été mille fois parcourus pour le profit de chacun.
La Fondation Carlo Leone Montandon est heureuse d’avoir eu l’occasion d’apporter sa contribution à la réédition de cette œuvre dans le but d’en favoriser ultérieurement la diffusion; en effet, malgré tout, nous nourrissons la plus grande confiance dans les ressources encore latentes de l’humanité. D’un certain point de vue, certains pourront avoir l’impression que le temps présent est le pire depuis l’époque de la Bible. Mais il n’en est pas ainsi. Bien ou mal, nous sommes arrivés jusqu’ici. Devant nous, s’ouvre le futur et c’est nous qui devons le construire. L’expérience du passé, la ténacité, le courage, l’obstination et l’imagination de ceux qui nous ont précédés doivent nous pousser à nouer de nouveaux pactes avec la nature.
Si mille mini-projets partent dans les trois prochaines années un peu partout dans le monde par grâce à ce livre, la Fondation CLM se considérera comme satisfaite, car elle est pleinement consciente que rien ne vaut mieux que l’exemple pour stimuler et agir: le voisin verra refleurir le champ de son ami et il voudra savoir comment il a fait; le village s’intéressera de nouveau au puits toujours plein d’eau pure du village un peu plus loin; le paysan voudra connaître le “secret” qui permet aux prés de son voisin d’être coupés trois fois par an et les exemples de ce genre abondent.
Ce souhait pourrait devenir une réalité et cela ne dépend que de nous”.

Sierre, juillet 2003
Mariena Mondelli Montandon

ISBN 84-933371-6-1